Villes et Mouvements sociaux au Maroc

November 28, 2017

Episode 12: Villes et mouvements sociaux au Maroc

Dr. Abderrahmane Rachik, sociologue, urbaniste à la Faculté de gouvernance, des sciences économiques et sociales de Rabat, et chercheur associé au Centre marocain des sciences sociales, intervient dans cet épisode sur la thématique « Villes et mouvements sociaux au Maroc ». Après un survol historique de l’évolution des espaces urbains au Maroc, de l’époque coloniale à nos jours, Dr. Rachik explique comment le Maroc a subi le phénomène de l’urbanisation à partir de 1917, date du premier plan qui régit les grandes villes marocaines jusqu’à aujourd’hui. Ce plan qui date d’un siècle se caractérise par son aspect zonal consistant à découper la ville en plusieurs zones qui s’articulent autour d’une zone centrale où se concentrent tous les pouvoirs. L’on trouve pour le cas de Casablanca, une zone résidentielle située à l’ouest de la ville, une zone industrielle et ouvrière à l’est et une zone de l’habitat indigène au sud. Ce modèle de ville est essentiellement l’œuvre du Général Lyautey.

Après l’indépendance du Maroc, le schéma colonial de la ville sera reproduit et perpétué jusqu’en 1973, l’année qui verra la mise en place du Ministère de l’habitat et de l’urbanisme qui se donnera pour tâche principale la gestion raisonnée du tissu urbain en rapport avec le lien social. Mais l’appel des syndicats marocains à une grève générale en 1981 après l’augmentation massive des prix des denrées alimentaires et la répression sanglante qui s’en est suivie, ont mis au jour une inadéquation flagrante entre la population marocaine et les espaces urbains qui la contiennent.

Après l’explosion des différentes émeutes au Maroc (1981, 1984 et 1990), la conquête pacifique de l’espace public urbain devient subitement un enjeu politique de taille. Depuis, la politique ne se déroule plus seulement dans les sphères conventionnelles. Elle se fait également dans la rue. Pour illustrer cette métamorphose socio-urbaine, Dr. Rachik met l’accent sur le cas des événements de 2005, résultat des actions collectives des différents mouvements sociaux dans l’espace public (sit-in, manifestation, marche, etc.) estimées à environ 700 protestations, soit une moyenne de deux sit-in par jour. Ce chiffre passe de 5.000 actions en 2008 à 6.438 en 2009 pour atteindre 8.600 en 2010 et plus de 18.000 actuellement, soit 50 protestations collectives par jour.

La conférence de Dr. Abderrahmane Rachik est programmée dans le cadre du cycle de conférences « Espaces et Territoires au Maghreb », organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 22 octobre 2017 à Oran, Algérie. Pr. Abdelkader Lakjaa, Sociologue à l'Université d'Oran 2 Mohamed Ben Ahmed a modéré cet évènement.

00:0000:00