Maghrib in Past & Present | Podcasts

Les significations profanes de la pandémie Covid-19 à Oran

March 25, 2021

Episode 115: Les significations profanes de la pandémie Covid-19 à Oran

Dans ce podcast, Pr. Mohamed Mebtoul présente les résultats de son enquête menée à Oran, avec la participation de  l’Association Santé Sidi El Houari et L’Observatoire Régional de la Santé d’Oran sur les significations profanes de la pandémie Covid-19. D'après lui, les mots, les métaphores et les propos des personnes sont essentiels pour comprendre les sens  attribués à la pandémie Covid-19 à Oran.  Les sens du mal sont importants à  mettre en exergue.  Ils traduisent  les rapports des individus à la société et au politique.  Seule une recherche socio-anthropologique centrée sur  l’écoute attentive de la personne, pouvait nous permettre de prendre distance avec les certitudes, les jugements moraux et les étiquetages rapides sur la façon de se comporter  vis-à-vis de la pandémie (« inconscience », « indiscipline », etc.).  La rigueur scientifique  est déployée à partir d’une enquête qualitative plus soucieuse de la qualité des mots que de la représentativité. Elle permet de relever les profondes secousses relationnelles occasionnées durant la pandémie, les inégales valeurs de vie face au confinement identifié à une « prison »,  une gestion sécuritaire, administrée et patriarcale de la pandémie.

Mohamed Mebtoul est en retraite. Il  a été professeur de sociologie à l’Université d’Oran 2, directeur de l’Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé, fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie en 1991 et co-fondateur du GRAS (groupe de recherché en anthropologie de la santé).  Ses  recherches socio-anthropologiques ont porté sur les questions sociosanitaires centrées sur les logiques sociales déployées par les malades chroniques, les familles, les professionnels de santé et les pouvoirs publics. Sa trajectoire  scientifique sur le “sens du mal” a été remobilisée  pour décrypter les pratiques de la population vis-à-vis de la crise sociosanitaire

D’autres travaux ont concerné la sexualité des jeunes, la santé dite “reproductive” des femmes, les tensions autour de l’alimentation de l’enfant, sous le prisme des rapports sociaux de sexe.  Ces recherches micro-sociologiques lui ont permis de questionner la notion de citoyenneté en Algérie, dans une perspective anthropologique,  montrant son absence dans la société algérienne et surtout les raisons de  sa non-constitution. Ce qui l’a conduit à  appréhender le “Hirak” algérien du 22 février 2019,  en investissant l’espace public pour tenter de comprendre de l’intérieur les objectifs, les logiques d’action et les interactions des manifestants. Sa trajectoire  scientifique sur le “sens du mal” a été remobilisée  pour décrypter les pratiques de la population vis-à-vis de la pandémie Covid-19. Ce dernier travail a été réalisé avec la participation de  l’Association Santé Sidi El Houari et L’Observatoire Régional de la Santé d’Oran

Cet épisode s'inscrit dans le cadre  du cycle des conférences “Santé et humanités au Maghreb” de l'American Institute for Maghrib Studies (AIMS), organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT) en étroite collaboration avec Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM). Ce podcast a été enregistré via Zoom le 10 décembre 2020 entre Oran et Tunis. Dr. Robert P. Parks,  Directeur du CEMA, a  modéré le débat.

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

Podbean App

Play this podcast on Podbean App