The Mad-For-Maghreb Generation : The Maghreb In the Pan-African Cultural Project

December 5, 2018

Episode 55: The Mad-For-Maghreb Generation :

The Maghreb In the Pan-African Cultural Project

 

Paraska Tolan Szkilnik is a PhD candidate at the University of Pennsylvania. She obtained her BA from Brandeis University in 2011 and an MA from the EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) in 2014, working on the relationship between Senegal and Tunisia in the 1960s and 70s. Her doctoral work is concerned with the history of cultural Pan-Africanism in the Maghreb in the decades following independence. Moving away from the strictly political approach of much of the literature on Pan-Africanism, her dissertation reconsiders the history of Pan-Africanism in the postcolonial period by centering on three Maghrebi cultural spaces of encounter between Black and non-Black African and Diaspora artists in the late 1960s and early 1970s: the Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), the Moroccan literary journal Soufflesand the Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF).

Beginning in Morocco, this podcast follows the adventures of a group of Luso-African poets and militants (chief amongst them Mario de Andrade, Marcelino dos Santos and Aquino Bragança) from Paris to Rabat. Starting in the late 1950s, these young militants used Rabat as a home-base for anti-colonial activism in the Portuguese colonies. The Moroccan government provided them with passports, headquarters, press coverage, and weapons. Morocco also served as a liberated space, on the African continent, to imagine what one could be in the wake of empire. In Rabat, these militant-poets met young Moroccan writers who were haunted by similar concerns over their role in the postcolonial world, amongst them poet Abdellatif Laabi founder of the Moroccan literary journal Souffles. Over the course of its seven years of publication, 1966-1973, Souffles took off from a marginal Moroccan literary journal to a paper caucus through which writers from across the African diaspora called for an African cultural revolution. On the pages of this shabby 30-something page journal, Laabi welcomed contributions from Haitian poet René Depestre, Moroccan novelist Tahar Ben Jelloun, Angolan insurgent Mario de Andrade, and Cape Verdean militant Amilcar Cabral. Working in tandem with these writers, the journal provided a platform to discuss the great issues of the decade: decolonization, Marxism-Leninism, civil rights in the United States, and of course Portuguese colonialism.

This episode is part of the Arts and Letters in the Maghrib series and was recorded on November 8th, 2018 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia.

The music in the introduction and conclusion of this podcast was performed by street artists on Avenue Bouguiba, Tunis, Tunisia.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

00:0000:00

GPRA, un mandat historique (1958-1962)

November 7, 2018

Episode 54: GPRA, un mandat historique (1958-1962)

Dans ce Podcast, Pr. Abdelmadjid Merdaci, sociologue et historien à l'Université de Constantine 2, présente son dernier ouvrage : GPRA, un mandat historique, 19 septembre 1958 - 3 août 1962 (Les Éditions du Champ Libre, 2018). Cet ouvrage s'attache à éclairer les conditions de formation du GPRA et en quoi la constitution du GPRA procédait-elle d'une solution de continuité dans la conduite de la guerre par le FLN-ALN et de quelle manière introduisait-elle une rupture historique significative ? Cela impose l'examen attentif des successives séquences ayant marqué la direction du FLN-ALN, de rapporter les choix des hommes et des objectifs à l'évolution du conflit tant au plan militaire que politique et diplomatique.

La conférence de Pr Abdelmadjid Merdaci a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Histoire du Maghreb, histoire du Maghreb » co-organisé par Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le Centre de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC).  Elle a eu lieu le 4 novembre 2018 au CEMA, Oran. Dr. Amar Mohand Amer, Maître de recherche au CRASC, a modéré le débat.

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

00:0000:00

The History of Pan-Africanism in the Postcolonial Period: The Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF)

October 31, 2018

Episode 53: The History of Pan-Africanism in the Postcolonial Period:

The Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF)

Paraska Tolan Szkilnik is a PhD candidate at the University of Pennsylvania. She obtained her BA from Brandeis University in 2011 and an MA from the EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) in 2014, working on the relationship between Senegal and Tunisia in the 1960s and 70s. Her doctoral work is concerned with the history of cultural Pan-Africanism in the Maghreb in the decades following independence. Moving away from the strictly political approach of much of the literature on Pan-Africanism, her dissertation reconsiders the history of Pan-Africanism in the postcolonial period by centering on three Maghrebi cultural spaces of encounter between Black and non-Black African and Diaspora artists in the late 1960s and early 1970s: the Journées Cinématographiques de Carthage(JCC), the Moroccan literary journal Souffles, and the Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF).

In this podcast, Paraska Tolan Szkilnik gives us a sample of the fourth chapter in her dissertation, a chapter focusing on what she calls the Alt-PANAF, the group of radicals who participated in giving the festival its Pan-African character from the margins. These young actors, revolutionaries and writers did not meet on the rue Didouche Mourad or in the Palais des Nations. Instead they gathered in Algerian poet Jean Sénac’s stuffy basement apartment where they received Moroccan poets and editors of the revolutionary poetry journal Souffles, Haitian poet René Depestre, leader of the MPLA Mario Pinto de Andrade, and many more. Raised to the beat of Fanon’s The Wretched of the Earth,they were not enticed by the nationalistic promises of the ruling elite. Through personal interviews, critical reading of these writers’ fiction, and the material she have gathered in Jean Sénac’s archives in Algiers, she showcases the encounters that, though they did not occur in the spotlight, were just as crucial in building a community of radical artists committed to the project of African cultural unity. In this piece she tells the story of a handful of radicals from across the world who were looking to build a Pan-African network that ran deeper than the ceremonious speeches their presidents and state-sponsored artists so often delivered.

This episode is part of the Arts and Letters in the Maghrib series and was recorded on June 4th, 2018 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia.

The music in the introduction and conclusion of this podcast was performed by street artists on Avenue Bouguiba, Tunis, Tunisia.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

00:0000:00

Rencontre avec Pr. Mohamed Mebtoul autour de son dernier ouvrage: Algérie, la citoyenneté impossible?

October 10, 2018

Episode 52: Rencontre avec Pr. Mohamed Mebtoul autour de son dernier ouvrage: Algérie, la citoyenneté impossible?

Dans ce Podcast, Pr. Mohamed Mebtoul, professeur de sociologie à l’université d’Oran 2, fondateur de l’anthropologie de la santé en Algérie et fondateur également du Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé (GRAS) devenue (Unité de recherche en sciences sociales et Santé), présente son dernier ouvrage : Algérie, la citoyenneté impossible ? 

Partant d’une analyse empirique, dans le droit fil de l’anthropologie du quotidien, l’ouvrage du Pr. Mebtoul interroge en profondeur la question de la citoyenneté dans le contexte algérien. Il se donne pour objectif de répondre à cette problématique : Comment peut-on mettre l’épreuve la question de la citoyenneté par rapport aux comportements civiques ?

Pr. Mebtoul assigne à la citoyenneté à un double sens : le premier renvoie à une citoyenneté formelle régie par le droit, le second à une citoyenneté informelle consistant à avoir un sentiment d’appartenance à une communauté sociale. Pr. Mebtoul revient avec beaucoup de détails sur les multiples enjeux qui sous-tendent le champ social en Algérie : le clientélisme, le patriarcat politique et social, la corruption, la cooptation, l’allégeance et l’informel. 

La conférence de Pr Mohamed Mebtoul a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Soirées ramadanesques» co-organisé par Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et l'Institut de Développement des Ressources Humaines (IDRH).  Elle a eu lieu le 29 mai 2018 à l'IDRH, Oran. Dr Belkacem Benzenine, Maître de recherche au CRASC, a modéré le débat.

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

00:0000:00

Why William Wordsworth is needed today

October 3, 2018

Episode 51: Why William Wordsworth is needed today

Dr. Mounir Khélifa studied English at the Sorbonne and Yale University where he received his MA and PhD, respectively. A professor of English language and literature for more than three decades, he taught poetics, comparative literature, and literary theory at the University of Tunis. Former director of the graduate program in English, Dr. Khélifa was also a senior advisor to the Ministry of Higher Education and Scientific Research, where has was responsible for international cooperation and curriculum reform. Currently Dr. Khélifa runs the School for International Training study-abroad program in Tunisia. He is a lifetime member of the Tunisian Academy for the Arts, Letters, and Sciences.

This episode is part of the Contemporary Thought series and was recorded on May 7th, 2018 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).

We thank the duo Ÿuma for use of their song, "Hleli," from their album Ghbar Njoum for the introduction and conclusion of this podcast.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

00:0000:00

Rencontre avec Bouziane Ben Achour autour du théâtre algérien d’aujourd’hui

September 19, 2018

Episode 50: Rencontre avec Bouziane Ben Achour autour du théâtre algérien d'aujourd'hui

Dans ce PodcastM. Bouziane Ben Achour, écrivain, dramaturge et journaliste, retrace la trajectoire du théâtre algérien en mettant l’accent sur ses expressions actuelles. M. Ben Achour défend l’idée que le théâtre est le reflet de la société et de ses multiples dynamiques. Depuis la création des compagnies théâtrales ou ce que l’on appelle les coopératives théâtrales, le théâtre algérien n’a pas cessé d’évoluer et d’accompagner les dynamiques sociales en s’y adaptant parfois, même s’il est grandement concurrencé suite à l’ouverture du champ audiovisuel en Algérie qui a développé une culture d’appartement. M. Ben Achour a souligné que le théâtre algérien a toujours été politique du temps du mouvement national à nos jours, et c’est pratiquement l’un des rares secteurs culturels à avoir échappé à la censure.  M. Ben Achour a également interrogé dans son exposé les rouages de la machine théâtrale en Algérie en passant en revue ses modalités de financement et de sponsoring. Au fil de son exposé, M. Ben Achour a soulevé la question du public théâtral qui a lui aussi subi des métamorphoses conduisant à de nouvelles pratiques théâtrales. M. Ben Achour a conclu son exposé sur une note d’espoir en disant qu’il y a une vraie culture d’initiative parmi les jeunes et qu’un renouveau est en train de se produire grâce à des activités menées par des jeunes qui ne s’insèrent pas dans les modèles structurels traditionnels, donnant ainsi un nouveau souffle à la création théâtrale en Algérie.

Bouziane Ben Achour est journaliste, romancier, dramaturge et essayiste. Parmi ses romans, l’on peut citer : Sabrinel (Éditions Enadar, 2018); Kamar ou le temps abrégé (Éditions ANEP, 2016); et Brûlures (2012) qui a eu le Prix littéraire Mohamed Dib. Il est également l’auteur de trois essais sur la musique et le théâtre algérien.

Dramaturge, Bouziane Ben Achour a écrit quinze pièces théâtrales toutes montées par les théâtres régionaux et les compagnies privées. Sa pièce Yamna (2015) produite par le théâtre régional Kateb Yacine de Tizi- Ouzou, a été mise en scène par la grande dame de la scène algérienne, Sonia. Hbil Soltane (2018) est sa dernière œuvre théâtrale produite par l’association El –Murdjadjo d’Oran.   

La conférence de M. Bouziane Ben Achour est programmée dans le cadre du cycle des conférences « soirées ramadanesques » co-organisé par Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et l'institut de Développement des Ressources Humaines (IDRH).  Elle a eu lieu le 24 Mai 2018 à l'IDRH, Oran. Pr Hadj Miliani, Professeur de littérature à l'université de Mostaganem, chercheur associé au CRASC, a modéré le débat.

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

00:0000:00

Muhammad I al-Mustansir of Tunis and the Northern Mediterranean

September 12, 2018

Episode 49: Muhammad I al-Mustansir of Tunis and the Northern Mediterranean

 

In this episode, Dr. Michael Lower, Associate Professor of History at the University of Minnesota, discusses the world of Muhammad I al-Mustansir of Tunis and his relationship with the northern Mediterranean

His recent research on the crusades tries to bring together Arabic and European-language sources to tell the story of these complex multi-lateral conflicts from multiple perspectives. He is the author of "The Barons' Crusade of 1239: A Call to Arms and Its Consequences" (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2005) and "The Tunis Crusade of 1270: A Mediterranean History" (Oxford: Oxford University Press, 2018).

This was recorded on 14 February 2018 at at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT) Early Hafsid Tunis: Capital of Caliphate Symposium.

posted by Hayet Lansari, Librarian, outreach coordinator, content curator (CEMA)

00:0000:00

La résilience architecturale en Mauritanie

September 5, 2018

Episode 48: La résiliance architecturale en Mauritanie

Dans cet épisode, Dr. Franklin Graham, professeur de géographie à l'University of South Florida, présente une communication sur la résilience architecturale en Mauritanie.

Traditionnellement le peuple sédentarisé en Mauritanie construisait leurs édifices et murs à base de pierres et d`argile. Le mot « toqleedi » en Arabe et en Hassaniyya, explique cette maçonnerie traditionnelle. Typiquement, les pierres sont d’origine sédimentaire et elles proviennent d'anciennes couches océaniques. Le grès, facile de retirer est mélangé à l’argile locale; la majorité des bâtiments ont été construits de cette façon. Des anciens quartiers d’Atâr, Ouâdâne, Chinguetti, Tidjikja, Er-Rachid, Ksar el-Barka et Oualata en sont des modèles. Dans les sites spécifiques, comme à Terjitt, Aoujeft, Tichitt et Néma, la schiste et l’argile sont utilisés par le peuple de « Trab el Hajra » pour bien profiter de leurs ressources locales. Pour charpenter les toits, ils utilisaient les plantes cultivées dans les jardins ou les plantes sauvages trouvées près de leurs habitations. Le bois de palmier, du dattier, « en nakhîl » en Arabe, trouvé dans les palmeraies, généralement fut utilisé à supporter les toits. Les arbres d’acacia, « talha et tamât », et le bois de dattier sauvage « teïchott » en Hassaniyya, étaient ramassés et utilisés pour renforcer les seuils et pour fabriquer les portes et les fenêtres. Typiquement les personnes s'adaptaient à l’environnement pour construire leurs maisons, magasins, greniers et mosquées.

Les traditions peuvent évoluer dans le temps. Effectivement la maçonnerie mauritanienne témoigne d’un changement dynamique et profond. Mais le changement n’est ni facile ni uniforme à comprendre. Pour des raisons diverses des villes et villages toqleedi sont en train de vivre une renaissance, ils sont tombés dans l'oubli. Les circonstances environnementales, économiques et sociales influencent cette complexité. Ci-dessous se trouve le bilan des entretiens et observations enregistrées dans les onze villes et villages dans l’intérieur de la Mauritanie durant l’été 2017. Quarante-trois maçons ont été interviewés à Ouâdâne, Chinguetti, Aoujeft, Tidjikja, Er-Rachid, Tichitt et Oualata. L’enquête a démontré que le type de maçonnerie concernant les quartiers d’Ouâdâne, Chinguetti, Atâr, Tidjikja, Tichitt, Oualata, Néma et Ksar el Barka a été abandonné avant la période coloniale. Le site de Terjitt est le plus petit et dispose d'un ancien quartier, et le reste est habité et sillonné par une ancienne ville qui s’appelle en Hassaniyya et en Arabe « El Qadeema ».

Ci-dessous, les résultats de la recherche sont expliqués pour chaque site, un sommaire est consacré aux régions de l’Adrâr, du Tagant et de l’Hodh ech-Chargui, et en conclusion pour la Mauritanie. Des propositions pour une recherche éventuelle sont proposées dans la conclusion.

La conférence de Dr. Franklin Graham a eu lieu le 26 juin 2018 au Tangier American Legation Institute of Moroccan Studies (TALIM),à Tanger, Maroc.

Pour consulter les diaporamas et la bibliographie, visitez notre site web: www.themaghribpodcast.com

Posté par Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

00:0000:00

Le patrimoine en question : Entre métissages et territoires linguistiques

August 29, 2018

Episode 47: Le patrimoine en question : Entre métissages et territoires linguistiques 

 

Dans ce Podcast,Pr. Nadir Marouf interroge en profondeur la question du patrimoine / patrimonialité / patrimonialisation / néo-patrimonialisme dans ses différentes ramifications historiques, socio-culturelles, stratégiques et autres. Il l’aborde essentiellement du point de vue des métissages / territoires linguistiques et des processus de socialisation. Il interroge également les articulations entre la question de l’espace et de la temporalité dans le contexte maghrébin. Les pratiques syncrétiques au Maghreb et ailleurs sont également au cœur de son intervention, la praxis populaire donne à voir des pratiques opposées au rites canoniques dominants. Au fil de son exposé, Pr. Marouf revient, exemples à l’appui, sur les différents rapports à l’historicité représentés dans la conscience populaire maghrébine.

Pr. Nadir Marouf est né en 1940 à Tlemcen, titulaire d’un doctorat en droit public interne (Université Paris I) et d’un doctorat ès Lettres (Université Paris V). Il a enseigné la sociologie et l’anthropologie appliquée à l’université d’Oran entre 1968 et 1988, l’Université d’Aix-Marseille entre 1981 et 1982, l’Université de Harvard en 1989, l’Université de Lille I entre 1988 et 1991, et l’Université de Picardie Jules Verne entre 1991 et 2009. Il est actuellement Professeur Émérite. Il a été directeur du CRASC (anciennement URASC) de 1984 à 1989, et directeur du CEFRESS (1994-2007). Il a notamment travaillé sur la sociologie et anthropologie maghrébine.

Parmi ses centres d’intérêt, l’on peut citer sans être exhaustif : l’espace oasien, l’espace maghrébin, les fondements anthropologiques de la norme maghrébine, le chant arabo-andalou, les cultures et métissages, le fait colonial au Maghreb…etc. Ces différentes thématiques sont au centre de sa réflexion et production scientifiques.

La conférence de Pr. Nadir Marouf est programmée dans le cadre du cycle de conférences « Langues et sociétés au Maghreb ». Elle a eu lieu le 06 Mars 2018 à Oran, au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Pr Abdelkrim El Aidi, sociologue à l'université d'Oran 2 a modéré le débat.

Nous remercions notre ami Mohammed Boukhoudmi pour son interpretation de l'extrait de nouba, "Dziriya," par Dr. Noureddine Saoudi pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

00:0000:00

La science-fiction et la littérature algérienne: Discussion entre Kamel Daoud et l’auteur Riadh Hadir autour de son dernier roman, « Pupille »

August 20, 2018

Episode 46: La science-fiction et la littérature algérienne, discussion avec Kamel Daoud et l'auteur Riadh Hadir autour de son dernier roman « Pupille »

 

Rencontre littéraire autour du roman de Riadh Hadir, Pupille, animée par l'écrivain Kamel Daoud.

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 19 avrir 2018 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA), à Oran.

 

L'Auteur

Graphiste en publicité primé, Riadh Hadir, né en 1982 à Oran, écrit depuis son plus jeune âge. Lecteur passionné, grand amateur de littérature de genre et particulièrement de science-fiction, c’est tout naturellement vers ce pan du livre qu’il se tourne lorsqu’il présente le manuscrit de son premier roman, Pupille, au Prix Littéraire Mohammed Dib en 2016. Le roman est finaliste, puis publié à la rentrée 2017 aux éditions ANEP. Il sera également nominé au Grand Prix Assia Djebar du roman de la même année.

À travers le prisme de la dystopie satirique, Pupille traite principalement des dérives de la foi dans un monde régi par des idéologies superficiellement opposées mais indiscutablement totalitaires. À cet effet, le biais social et humain assumé de Pupille vient rompre avec les visions d’autres romanciers algériens, habituellement très politisées. Riadh Hadir publie régulièrement des billets et des textes courts sur son blog, « Vivre à l’oreille ».

 

Le Modérateur

Kamel Daoud est journaliste, chroniqueur et écrivain depuis les années 1990 en Algérie, Rédacteur en chef de l’un des plus importants journaux francophones algériens, Le Quotidien d’Oran. Il a été aussi signataire de la rubrique « Raïna Raïkoum », l’une des plus lues en Algérie. Il est par ailleurs chroniqueur dans le magazine Le Point , l’un des principaux hebdomadaires en France et signe des colonnes dans le New York Times. Deux chroniques seront particulièrement surmédiatisées, « Cologne, lieu de fantasmes », publiée dans Le Monde, traitant du désir et de la sexualité dans le monde arabe et l’autre, sous le titre « L’Arabie Saoudite, un Daech qui a réussi » publiée dans le New York Times. Kamel Daoud est aussi lauréat du Prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année en 2016.

Sa carrière littéraire commence avec la publication de quelques récits dans le début des années 2000 et un premier recueil de nouvelles, La préface du Nègre (Edition Barzakh), qui a reçu le Prix littéraire Mohammed Dib, le plus prestigieux prix littéraire algérien en 2008 et a été nominé pour le Prix Goncourt de la Nouvelle en France une année plus tard et le Prix Wepler. Le recueil sera traduit en plusieurs langues.

La consécration viendra avec le roman Meursault contre-enquête, publié d’abord en Algérie chez les Editions Barzakh, puis en France avec Actes Sud. Le roman sera traduit en 34 langues et recevra le Prix du Goncourt du Premier Roman, le Prix des cinq continents de la Francophonie, le Prix François Mauriac, entre autres. Le roman sera adapté au théâtre en France et en Allemagne et va être adapté au cinéma l’année prochaine. En 2017, Kamel Daoud signe Mes indépendances, un recueil de chroniques, une sélection sur dix ans d’activité, qui sera récompensé par le 16ème Prix Livre et Droits de l’Homme de la Ville de Nancy, en France; et un roman Zabor ou Les psaumes, qui reçoit le Prix Littéraire Transfuge du meilleur roman en langue française (2017), et le Prix Méditerranée 2018. Des traductions de ce roman vers d'autres langues sont en cours. 

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

00:0000:00