Maghrib in Past & Present | Podcasts
William Wordsworth and te French Revolution

William Wordsworth and te French Revolution

June 13, 2019

Episode 67: William Wordsworth and te French Revolution 

Dr. Mounir Khélifa studied English at the Sorbonne and Yale University where he received his MA and PhD, respectively. A professor of English language and literature for more than three decades, he taught poetics, comparative literature, and literary theory at the University of Tunis. Former director of the graduate program in English, Dr. Khélifa was also a senior advisor to the Ministry of Higher Education and Scientific Research, where he was responsible for international cooperation and curriculum reform. Currently, Dr. Khélifa runs the School for International Training study-abroad program in Tunisia. He is a lifetime member of the Tunisian Academy for the Arts, Letters, and Sciences, Beit al-Hikma.

William Wordsworth was the only English poet of his generation to have been an eyewitness to the French Revolution. To the momentous event he devoted no less than three books in his autobiographical epic poem, The Prelude.

It is conventionally accepted that his relation to the revolution altered radically during the course of the events, and that this relation went from passionate enthusiasm at the storming of the Bastille to doubt and fear during the Reign of Terror to utter rejection and denial at the rise of Napoleon and during the ensuing Napoleonic Wars.    

Yet even as this doxa accounts for the poet’s changing attitude towards the revolution, it fails to explain the complex emotional and intellectual processes that activated the change.  It fails mainly to consider that the change occurs in a poem designed to ratify “the growth of the poetic mind.”  Wordsworth has no pretense to be a historian. His recounting of the revolutionary events, he warns the reader, is justified only insofar as the events have been “storm or sunshine to [his] mind.” 

Dr Mounir Khélifa argues that if the expression “storm and sunshine” refers to the aesthetic emotion known as the sublime (beauty that has terror in it, Edmund Burke), then this emotion never abated in him and that throughout his entire life he kept “daring sympathies with power” whenever he recalled the French Revolution.  

This lecture was co-organised by the Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) and the École Normale Superieure d’Oran (ENS).

This episode is part of the Arts & Literature in the Maghrib lecture series and was recorded on April 24th,  2019, at the École Normale Supérieure d’Oran (ENS).

Pr. Sidi Mohamed Lakhdar Barka, Professor of Comparative Literature from the Department of English at University of Oran 2 moderated the lecture.

We thank Dr. Jonathan Glasser, Cultural Anthropologist at the College of William & Mary for his istikhbar in sika on viola for the introduction and conclusion of this podcast.

Realization and editing:  Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Tuning in to Morocco’s “Recitational Revival”

Tuning in to Morocco’s “Recitational Revival”

June 3, 2019

Episode 66: Tuning in to Morocco’s “Recitational Revival”

According to some religious leaders and other intellectuals, Morocco is in the midst of a 'recitational revival' (sahwa tajwidiyya). Though its scope and effectiveness are not yet clear, the intention is a re-emphasis on two core Islamic disciplines that relate to recitation of the Qur’an: first, tajwid, a system of rules that govern pronunciation and rhythm of the Qur’anic text in recitation performance; and the variance of those rules across seven, coherent, recitals or 'readings' (qira’at) that are equally sound. Within this revival, Moroccan’s historical preference for riwayat warsh, a lesser-practiced variant of one of the seven qira’at has become almost a point of national pride, and thus the Moroccan state has devoted many resources not only to specialist study of the qira’at, but also popularization of tajwid through mass media.

Engaging fieldwork at a variety of institutions, including new and pre-existing schools and state radio, in this Podcast, Ian VanderMeulen, doctoral candidate in Middle Eastern and Islamic Studies at New York University, maps an institutional framework of this revival and describes some of its core elements. In particular, he compares and contrasts the work going on at two institutions of qira’at study, the state-funded Ma‘had Muhammad Assadiss lil-dirasat wal-qira’at al-Qur’aniyya in Rabat, and the private Madrasat Ibn al-Qadi lil-qira’at in Sale. Taking inspiration from the growing field of 'sound studies,' and grounding his fieldwork in historical research on tajwid, the qira’at, and the history of sound recording, Ian suggests that the sahwa tajwidiiyya is less a 'revival' of previous practices of recitation per se, but a refashioning of such practices and their pedagogies through the application of new technologies, from modern classroom whiteboards to digital studio recording.

A performing musician, Ian holds bachelor’s degrees in music and religious studies from Oberlin College and an M.A. from The Graduate Center, City University of New York. His research in France and Morocco has been funded by NYU’s Graduate Research Initiative and the American Institute for Maghrib Studies.

This podcast was recorded at the Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM) on February 7, 2019.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

l’Oasis de Jemna en Tunisie, entre dissidence et négociation

l’Oasis de Jemna en Tunisie, entre dissidence et négociation

May 30, 2019

Episode 65: l'Oasis de Jemna en Tunisie, entre dissidence et négociation

Dans ce Podcast, Pr. Mohammed Kerrou,  professeur de sciences politiques à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de TunisUniversité de Tunis El-Manar et Professeur visiteur dans plusieurs universités étrangères (Aix-en-Provence, Tarragone, Rome La Sapienza, Yale University...) présente une de ses enquêtes sur l'Oasis de Jemna. Située au Sud-Ouest tunisien, cette oasis est devenue dans le sillage de « la révolution de la dignité », le lieu d’exercice d’une citoyenneté libre et conviviale, par le biais de la récupération d’un ancien domaine agricole colonial « Henchir el-mâamer ») devenu, au lendemain de l’indépendance nationale, domaine de l’Etat. Du coup, le conflit entre la légalité étatique et la légitimité de l’appropriation de la terre par les Oasiens offre l’opportunité d’un débat démocratique inédit. L’Association de protection des Oasis de Jemna, expression de la société civile locale, se trouve aujourd’hui en rapport de négociation avec les autorités en vue de la création d’une coopérative de production agricole. L’enjeu consiste dans la résistance en vue de réaliser l’objectif d’une économie sociale et solidaire, tout en maintenant la flamme de cette expérience innovante. Toutefois, une telle expérience court le risque, à l’instar de tous les mouvements de mobilisation collective, de l’étiolement progressif et de la banalisation par le système de reproduction inégalitaire, tant sur le plan social que régional, réduisant de la sorte l’expérience à un produit historique des marges, avec ce que cela implique comme processus de marginalisation et d’isolement des individus et des communautés périphériques. 

Pr Mohamed Kerrou est l'auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels : 

  • Tunisie, l’autre révolutionEssai, Tunis, Editions Cérès, 2018.  
  • L’homme des questions. Hommage à Abdelkader Zghal (1930-2015), Tunis, Cérès Editions, 2016.  
  • Hijâb. Nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Editions Cérès, 2010.
  • Kairouan. Phare éternel de l’islam, Tunis, Editions Apollonia, 2009. 
  • D’Islam et d’Ailleurs. Hommage à Clifford Geertz (1926-2006), Tunis, Cérès Editions, 2007. 
  • Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés, Paris, Maisonneuve & Larose, 2002. 
  • L'Autorité des Saints. Perspectives historiques et anthropologiques en Méditerranée Occidentale. Postface de Lucette Valensi, Paris, ERC, 1998. 

La conférence de Pr. Mohammed Kerrou a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Espaces et territoires au Maghreb » co-organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le Centre de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC) . Elle a eu lieu le 24 avril 2019 au CRASC.  Pr. Abdelkrim Elaidi, sociologue à l'Université d’Oran 2 a modéré le débat. 

Pour consulter les cartes associées à ce Podcast, veuillez visiter notre site web: www.themaghribpodcast.com

Nous remercions Dr. Tamara Turner, Ethnomusicologue et chercheure à Max Planck Institute for Human Development, Center for the History of Emotions pour son interprétation de Sidna Boulal du répertoire Hausa du Diwan (Hausa Sug).

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

صناعة البحر المتوسط في المتخيلة الاسلامية، تصور المسلمين لمنطقة البحر المتوسط من خلال تاريخ الخرائط من القرن العاشر للقرن السادس عشر

صناعة البحر المتوسط في المتخيلة الاسلامية، تصور المسلمين لمنطقة البحر المتوسط من خلال تاريخ الخرائط من القرن العاشر للقرن السادس عشر

May 15, 2019

Episode 64: صناعة البحر المتوسط في المتخيلة الاسلامية، تصور المسلمين لمنطقة البحر المتوسط من خلال تاريخ الخرائط من القرن العاشر للقرن السادس عشر

(In Arabic)

In this podcast, Dr. Tarek Kahlaoui presents his recent book, Creating the Mediterranean: Maps and the Islamic Imagination (Brill, 2017), in which he traces the depictions of the Mediterranean from from Islamic sources  dating between the 9th to the 16th century. During that span, he argues, the profession of map-makers shifted from bureaucratic authors to active mariners and professional cartographers, whereas the, from the dominance of the centers of the Islamic dominion in the eastern Islamic lands to the Maghrib. 

Dr. Kahlaoui (Ph.D University of Pennsylvania, 2008) is currently an assistant professor at the South Mediterranean University (Tunisia). He was formerly an assistant professor at Rutgers University and the general director of the Tunisian Institute of Strategic Studies. His research focuses on Mediterranean history and visual culture. 

Ms. Saliha Snouci, Researcher (CRASC), moderated the discussion.

To see related slides visit our web page www.themaghribpodcast.com

We thank our friend Ignacio Villalón, Master candidate at EHESS, for his guitar performance for the introduction and conclusion of this podcast. 

Realization and editing:  Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Entretien avec Dr. Khadija Mohsen-Finan sur son dernier livre : Les Dissidents du Maghreb depuis les Independences

Entretien avec Dr. Khadija Mohsen-Finan sur son dernier livre : Les Dissidents du Maghreb depuis les Independences

April 24, 2019

Episode 63: Entretien avec Dr. Khadija Mohsen-Finan sur son dernier livre : Les Dissidents du Maghreb depuis les Independences

Dans ce podcast, Dr. Meriem Guetat , Directrice Adjointe du CEMAT, s’entretient avec Dr.  Khadija Mohsen-Finan sur son dernier livre Les Dissidents du Maghreb depuis les Indépendences.

L’ouvrage de Dr. Khadija Mohsen-Finan est l’un des premiers travaux post-2011 qui s’intéressent au concept de la dissidence à travers le Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) et qui se base sur une recherche rétrospective de longue durée. 

Dans cet episode, Dr. Mohsen-Finan souligne l’importance d’étudier l’histoire du Maghreb à travers le prisme de la dissidence, tout courants idéologiques confondus, ce qui constitue un renversement de la perspective traditionnelle de recherche se concentrant exclusivement sur le pouvoir. Selon Dr. Mohsen-Finan, il s’agit d’aborder une histoire méconnue du Maghreb qui permet de comprendre ses diffrentes évoultions historiques mais aussi d’interprèter et d’imaginer les développements politiques futures dans la région. 

Lors de cette conversation, Dr. Mohsen-Finan a été invitée à répondre à un nombre de questions s’articulant autour des thèmes suivant :

  •     La définition de la notion de dissidence dans son ouvrage ainsi que le rapport du dissident au pouvoir. 
  •     Les moments phares de l’histoire du Maghreb qui décrivent au mieux le rapport de lutte entre le pouvoir et ses opposants et ce en concentrant sur le  moment Youssefiste et de l’affaire Ahmed Ben Salah.
  •     Le groupe « perspectives » en Tunisie et l’évolution de ses relations avec le pouvoir. 
  •     Le rôle des défenseurs des droits humains et le rôle joué par la LTDH dans l’analyse de la Tunisie.  
  •     Le printemps noir de Kabylie dans le cadre de la dissidence post-2011 et le rôle des minorités ethniques et linguistiques pour la compréhension de la notion de dissidence. 

Dr. Khadija Mohsen-Finan est politologue spécialiste du Maghreb et du monde arabe, Docteur en sciences politiques (IEP Paris) et diplômée d’histoire (Université d’Aix-en-Provence). Actuellement enseignante et chercheure à l’Université de Paris 1 - Panthéon Sorbonne (laboratoire SIRICE), elle enseigne parallèlement à l’Université Ca’Foscari de Venise. Elle contribue également au comité de rédaction et à l’animation du journal en ligne Orient XXI.

Cet épisode a été enregistré le 21 février 2019 au Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT) et s'inscrit dans le cadre du cycle de conférences Pensées contemporaines.

Nous remercions notre ami Mohammed Boukhoudmi pour son interpretation de l'extrait de nouba, "Dziriya," par Dr. Noureddine Saoudi pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

 

Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

April 3, 2019

Episode 62: Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

Dans ce podcast, Karima Lazali, psychologue clinicienne / psychanalyste, présente son livre, Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie (Éditions Koukou, 2018).

L’absence de travaux sur les effets psychiques de la colonisation en France et en Algérie, depuis Frantz Fanon, nous interpelle. Les effets du colonial relèvent-ils pour les deux sociétés d’une forme d’impensé à l’œuvre ? Malgré une forte présence dans les discours en Algérie de cet épisode de l’histoire, il n’empêche, que le recensement précis des problématiques dans les subjectivités et le social est resté lettre en souffrance.

A partir de sa pratique de la psychanalyse dans les deux sociétés et du constat freudien d’une étroite intrication entre l’individuel et le collectif, Karima Lazali va tenter d’entrer dans cet univers des mémoires ou l’archivage habituel fonctionne difficilement pour construire des récits pluriels et singuliers. La confiscation politique de l’histoire dans les deux sociétés mène à l’hypothèse que nous avons affaire à un pacte dans lequel l’effacement joue un rôle majeur pour fabriquer une mémoire brouillée. 

Dans ce podcast, Lazali aborde donc quelques questions fondamentales :

  • Le rapport à la parole, aux peurs et aux censures dans la société contemporaine algérienne.
  • Comment les subjectivités et la structure du politique ont été façonnés par un tissage politique qui porte et reconduit le système colonial.
  • La fabrique de l’illégitimité individuelle et politique comme conséquences majeures de la colonisation
  • L’apport de la littérature algérienne pour traiter et soigner des déchirures du collectif et des subjectivités troublées dans la construction des traces mémorielles.
  • Et enfin si pour la psychanalyse il n’y a de trauma qu’individuel alors comment penser les déflagrations intimes d’une histoire collective ? Qu’est-ce que l’héritage à l’échelle du collectif ? Est-ce juste une manière passive de recevoir la destruction sur plusieurs générations ? Ou n’est-ce pas plutôt une façon d’écrire cette destruction quitte parfois à y participer durant de très nombreuses décennies ?  

La conférence de Karima Lazali a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Histoire du Maghreb, histoire au Maghreb » organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 06 mars 2019 au CEMA.  Pr. Mohamed Mebtoul, sociologue, a modéré le débat. 

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

March 21, 2019

Episode 61: Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

 

In this podcast, Prof. Charles Tripp discusses how humor and mockery are considered ways of resilience against power through the use of cartoons, songs, images, or any form of art to reveal the lies, hypocrisy of those in power. 

Prof. Tripp is Professor Emeritus of Politics with reference to the Middle East and North Africa at the School of Oriental and African Studies, University of London, and is a Fellow of the British Academy. His PhD was from SOAS and examined Egyptian politics in the latter years of monarchy. At SOAS he has been head of the Centre for Middle Eastern Studies and is one of the co-founders of the Centre for Comparative Political Thought. His research has mainly focused on political developments in the Middle East and includes the nature of autocracy, war and the state, as well as Islamic political thought, the politics of resistance and the relationship between art and power. He is currently working on a study of the emergence of the public and the rethinking of republican ideals in North Africa. 

This episode is part of the Contemporary Thought series and was recorded on February 14th, 2019 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).

To see related slides, visit our web page www.themaghribpodcast.com

We thank Mr. Souheib Zallazi, (student at CFTTunisia) and Mr. Malek Saadani (student at ULT, Tunisia), for their interpretation of el Ardh Ardhi of Sabri Mesbah, performed for the introduction and conclusion of this podcast. Souheib on melodica and Malek on guitar.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

March 13, 2019

Episode 60: Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

Dans ce Podcast, Pr. Mohammed Kerrou,  professeur de sciences politiques à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de TunisUniversité de Tunis El-Manar, revient sur son nouvel ouvrage, L'autre révolution (Cérès Éditions, 2018). L'ouvrage est une série de réflexions sur les transformations politiques et sociales en Tunisie depuis la révolution de 2011. Pr. Kerrou examine comment les tendances politiques postrévolutionnaires ont soulevé des questions théoriques autour des termes « rupture » et « continuité ». Il pose des questions sur la nature de l'État et les relations entre l'État et la société ; le rôle de la société civile ; la transformation de l'espace politique ; les mythes de l'origine de la révolution ; la question de la religion et du religieux ; ainsi que l'évolution des notions de citoyenneté dans la Tunisie contemporaine.

Cet épisode est présenté sous forme d'entretien, avec Dr. Laryssa Chomiak, Directrice du Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT). Il a été enregistré le 21 février 2019 au CEMAT et s'inscrit dans le cadre du cycle de conférences Pensées contemporaines.

Nous remercions Emna Ben Issa et Bassem Zribi de l'Institut Supérieur de Musique à Tunis d'avoir bien accepté d'interpréter Bani Watani pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Posté par: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

L’architecture de la contre-révolution : l’armée française dans le nord de l’Algérie

L’architecture de la contre-révolution : l’armée française dans le nord de l’Algérie

February 27, 2019

Episode 59: L’architecture de la contre-révolution :

L’armée française dans le nord de l’Algérie

Dans ce Podcast, Dr. Samia Henni, historienne d’architecture au Département d’Architecture à Cornell Université présente son livre, L’Architecture de la contre-révolution : L’Armée française dans le nord de l’Algérie.  

Elle examine l'intersection des politiques coloniales françaises et des opérations de contre-insurrection militaires en architecture en Algérie pendant la révolution algérienne (1954-1962). Au cours de ce conflit armé sanglant et prolongé, les autorités civiles et militaires françaises ont profondément réorganisé le vaste territoire urbain et rural de l'Algérie, transformé radicalement son environnement bâti, implanté rapidement de nouvelles infrastructures et construit de nouvelles implantations stratégiques afin de maintenir l'Algérie sous domination française. Le régime colonial avait conçu et mené à bien non seulement des destructions tactiques, mais aussi de nouvelles constructions afin de permettre un contrôle strict de la population algérienne et la protection des communautés européennes algériennes. 

Cette étude porte sur trois mesures contre-révolutionnaires spatiales interdépendantes : la réinstallation forcée massive d'agriculteurs algériens ; les programmes de logements de masse conçus pour la population algérienne dans le cadre du Plan de Constantine du général Charles de Gaulle ; et la nouvelle ville administrative fortifiée prévue pour la protection des autorités françaises au cours des derniers mois de la révolution algérienne. L'objectif est de décrire le mode opératoire de ces établissements, leurs racines, leurs développements, leurs champs d'action, leurs acteurs, leurs protocoles, leurs impacts et leurs mécanismes de conception.

La conférence de Dr. Samia Henni a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Espaces et territoires au Maghreb » co-organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le département d’architecture de l'Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf (USTO-MB). Elle a eu lieu le 24 janvier 2019 à la Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie (SNV), USTO-MB, Oran. M. Rabia Mouloud Chef du département d’architecture Faculté d’architecture et de génie civil, USTO-MB  a modéré le débat.

Pour consulter les diaporamas associés à ce podcast veuillez visiter notre site web www.themagribpodcast.com .

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c. Diplomatic Developments

Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c. Diplomatic Developments

February 13, 2019

Episode 58: Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c.

Diplomatic Developments

 

Throughout the eighteenth century, the Ottoman and Russian Empires were at war. However, a decisive victory by the Russian Empire helped them assert their influence over both Crimea and the Mediterranean. The Ottomans, wanting to counteract this assumption of power fought to prevent Russian ships from entering through the Straits of Gibraltar, seeking assistance from the Moroccan king Sidi Muhammed Ben Abdallah. In this episode, Peter Kitlas, Ph.D. Candidate at the Department of Near Eastern Studies at Princeton University, discusses the vibrant developments in diplomatic activity between Morocco and the Ottoman Empire throughout the eighteenth century. The increased exchange of diplomats between these two non-European powers demonstrates how Morocco and the Ottoman Empire responded to changes in international relations during this time period while still maintaining a particular diplomatic ethos.

Focusing on some entertaining anecdotes about diplomats and their adventures, Peter takes us through the travelogues (riḥla and sefaretname) of several Moroccan and Ottoman diplomats to demonstrate how they navigated the changing field of international relations. Here, Peter highlights that diplomatic history should deal just as much with developments in bureaucracy and statecraft as it does with its foundational standards and practices governed by a particular diplomatic mentality. Focusing on both actions and the governing influences behind those actions will help bring Morocco and the Ottoman Empire into broader conversations about diplomacy during this time period and might even help to uncover outlying developments in the European theater that have not fit into the particular ethos of a state-craft focused, bureaucratic teleology.

Peter Kitlas is a doctoral candidate in the Department of Near Eastern Studies at Princeton University  He is a Returned Peace Corps Volunteer from Morocco and holds an M.A. from the University of Michigan. He research in Morocco, Turkey, Gibraltar, and Dubrovnik has been funded by the Social Science Research Council and the Department of Education through the Fulbright-Hays Commission.

This Podcast was recorded on 10 January at the Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM), in Tangier, Morocco. TALIM Resident Director John Davison moderated the discussion.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).