Maghrib in Past & Present | Podcasts
Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

April 3, 2019

Episode 62: Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie

Dans ce podcast, Karima Lazali, psychologue clinicienne / psychanalyste, présente son livre, Le trauma colonial: enquête sur les effets de l’oppression coloniale en Algérie (Éditions Koukou, 2018).

L’absence de travaux sur les effets psychiques de la colonisation en France et en Algérie, depuis Frantz Fanon, nous interpelle. Les effets du colonial relèvent-ils pour les deux sociétés d’une forme d’impensé à l’œuvre ? Malgré une forte présence dans les discours en Algérie de cet épisode de l’histoire, il n’empêche, que le recensement précis des problématiques dans les subjectivités et le social est resté lettre en souffrance.

A partir de sa pratique de la psychanalyse dans les deux sociétés et du constat freudien d’une étroite intrication entre l’individuel et le collectif, Karima Lazali va tenter d’entrer dans cet univers des mémoires ou l’archivage habituel fonctionne difficilement pour construire des récits pluriels et singuliers. La confiscation politique de l’histoire dans les deux sociétés mène à l’hypothèse que nous avons affaire à un pacte dans lequel l’effacement joue un rôle majeur pour fabriquer une mémoire brouillée. 

Dans ce podcast, Lazali aborde donc quelques questions fondamentales :

  • Le rapport à la parole, aux peurs et aux censures dans la société contemporaine algérienne.
  • Comment les subjectivités et la structure du politique ont été façonnés par un tissage politique qui porte et reconduit le système colonial.
  • La fabrique de l’illégitimité individuelle et politique comme conséquences majeures de la colonisation
  • L’apport de la littérature algérienne pour traiter et soigner des déchirures du collectif et des subjectivités troublées dans la construction des traces mémorielles.
  • Et enfin si pour la psychanalyse il n’y a de trauma qu’individuel alors comment penser les déflagrations intimes d’une histoire collective ? Qu’est-ce que l’héritage à l’échelle du collectif ? Est-ce juste une manière passive de recevoir la destruction sur plusieurs générations ? Ou n’est-ce pas plutôt une façon d’écrire cette destruction quitte parfois à y participer durant de très nombreuses décennies ?  

La conférence de Karima Lazali a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Histoire du Maghreb, histoire au Maghreb » organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 06 mars 2019 au CEMA.  Pr. Mohamed Mebtoul, sociologue, a modéré le débat. 

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

March 21, 2019

Episode 61: Power and Ridicule: Political Mockery and Subversion in the Middle East and North Africa

 

In this podcast, Prof. Charles Tripp discusses how humor and mockery are considered ways of resilience against power through the use of cartoons, songs, images, or any form of art to reveal the lies, hypocrisy of those in power. 

Prof. Tripp is Professor Emeritus of Politics with reference to the Middle East and North Africa at the School of Oriental and African Studies, University of London, and is a Fellow of the British Academy. His PhD was from SOAS and examined Egyptian politics in the latter years of monarchy. At SOAS he has been head of the Centre for Middle Eastern Studies and is one of the co-founders of the Centre for Comparative Political Thought. His research has mainly focused on political developments in the Middle East and includes the nature of autocracy, war and the state, as well as Islamic political thought, the politics of resistance and the relationship between art and power. He is currently working on a study of the emergence of the public and the rethinking of republican ideals in North Africa. 

This episode is part of the Contemporary Thought series and was recorded on February 14th, 2019 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).

To see related slides, visit our web page www.themaghribpodcast.com

We thank Mr. Souheib Zallazi, (student at CFTTunisia) and Mr. Malek Saadani (student at ULT, Tunisia), for their interpretation of el Ardh Ardhi of Sabri Mesbah, performed for the introduction and conclusion of this podcast. Souheib on melodica and Malek on guitar.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

March 13, 2019

Episode 60: Interview avec Pr. Mohammed Kerrou sur son dernier livre : L’Autre Révolution

Dans ce Podcast, Pr. Mohammed Kerrou,  professeur de sciences politiques à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de TunisUniversité de Tunis El-Manar, revient sur son nouvel ouvrage, L'autre révolution (Cérès Éditions, 2018). L'ouvrage est une série de réflexions sur les transformations politiques et sociales en Tunisie depuis la révolution de 2011. Pr. Kerrou examine comment les tendances politiques postrévolutionnaires ont soulevé des questions théoriques autour des termes « rupture » et « continuité ». Il pose des questions sur la nature de l'État et les relations entre l'État et la société ; le rôle de la société civile ; la transformation de l'espace politique ; les mythes de l'origine de la révolution ; la question de la religion et du religieux ; ainsi que l'évolution des notions de citoyenneté dans la Tunisie contemporaine.

Cet épisode est présenté sous forme d'entretien, avec Dr. Laryssa Chomiak, Directrice du Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT). Il a été enregistré le 21 février 2019 au CEMAT et s'inscrit dans le cadre du cycle de conférences Pensées contemporaines.

Nous remercions Emna Ben Issa et Bassem Zribi de l'Institut Supérieur de Musique à Tunis d'avoir bien accepté d'interpréter Bani Watani pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Posté par: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

L’architecture de la contre-révolution : l’armée française dans le nord de l’Algérie

L’architecture de la contre-révolution : l’armée française dans le nord de l’Algérie

February 27, 2019

Episode 59: L’architecture de la contre-révolution :

L’armée française dans le nord de l’Algérie

Dans ce Podcast, Dr. Samia Henni, historienne d’architecture au Département d’Architecture à Cornell Université présente son livre, L’Architecture de la contre-révolution : L’Armée française dans le nord de l’Algérie.  

Elle examine l'intersection des politiques coloniales françaises et des opérations de contre-insurrection militaires en architecture en Algérie pendant la révolution algérienne (1954-1962). Au cours de ce conflit armé sanglant et prolongé, les autorités civiles et militaires françaises ont profondément réorganisé le vaste territoire urbain et rural de l'Algérie, transformé radicalement son environnement bâti, implanté rapidement de nouvelles infrastructures et construit de nouvelles implantations stratégiques afin de maintenir l'Algérie sous domination française. Le régime colonial avait conçu et mené à bien non seulement des destructions tactiques, mais aussi de nouvelles constructions afin de permettre un contrôle strict de la population algérienne et la protection des communautés européennes algériennes. 

Cette étude porte sur trois mesures contre-révolutionnaires spatiales interdépendantes : la réinstallation forcée massive d'agriculteurs algériens ; les programmes de logements de masse conçus pour la population algérienne dans le cadre du Plan de Constantine du général Charles de Gaulle ; et la nouvelle ville administrative fortifiée prévue pour la protection des autorités françaises au cours des derniers mois de la révolution algérienne. L'objectif est de décrire le mode opératoire de ces établissements, leurs racines, leurs développements, leurs champs d'action, leurs acteurs, leurs protocoles, leurs impacts et leurs mécanismes de conception.

La conférence de Dr. Samia Henni a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Espaces et territoires au Maghreb » co-organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le département d’architecture de l'Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf (USTO-MB). Elle a eu lieu le 24 janvier 2019 à la Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie (SNV), USTO-MB, Oran. M. Rabia Mouloud Chef du département d’architecture Faculté d’architecture et de génie civil, USTO-MB  a modéré le débat.

Pour consulter les diaporamas associés à ce podcast veuillez visiter notre site web www.themagribpodcast.com .

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA).

Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c. Diplomatic Developments

Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c. Diplomatic Developments

February 13, 2019

Episode 58: Moroccan and Ottoman Contributions to 18th c.

Diplomatic Developments

 

Throughout the eighteenth century, the Ottoman and Russian Empires were at war. However, a decisive victory by the Russian Empire helped them assert their influence over both Crimea and the Mediterranean. The Ottomans, wanting to counteract this assumption of power fought to prevent Russian ships from entering through the Straits of Gibraltar, seeking assistance from the Moroccan king Sidi Muhammed Ben Abdallah. In this episode, Peter Kitlas, Ph.D. Candidate at the Department of Near Eastern Studies at Princeton University, discusses the vibrant developments in diplomatic activity between Morocco and the Ottoman Empire throughout the eighteenth century. The increased exchange of diplomats between these two non-European powers demonstrates how Morocco and the Ottoman Empire responded to changes in international relations during this time period while still maintaining a particular diplomatic ethos.

Focusing on some entertaining anecdotes about diplomats and their adventures, Peter takes us through the travelogues (riḥla and sefaretname) of several Moroccan and Ottoman diplomats to demonstrate how they navigated the changing field of international relations. Here, Peter highlights that diplomatic history should deal just as much with developments in bureaucracy and statecraft as it does with its foundational standards and practices governed by a particular diplomatic mentality. Focusing on both actions and the governing influences behind those actions will help bring Morocco and the Ottoman Empire into broader conversations about diplomacy during this time period and might even help to uncover outlying developments in the European theater that have not fit into the particular ethos of a state-craft focused, bureaucratic teleology.

Peter Kitlas is a doctoral candidate in the Department of Near Eastern Studies at Princeton University  He is a Returned Peace Corps Volunteer from Morocco and holds an M.A. from the University of Michigan. He research in Morocco, Turkey, Gibraltar, and Dubrovnik has been funded by the Social Science Research Council and the Department of Education through the Fulbright-Hays Commission.

This Podcast was recorded on 10 January at the Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM), in Tangier, Morocco. TALIM Resident Director John Davison moderated the discussion.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Anthropologie, généralisation et identité culturelle

Anthropologie, généralisation et identité culturelle

February 7, 2019

Episode 57: Anthropologie, généralisation et identité culturelle

 

Dans ce Podcast, Pr. Hassan Rachik, Anthropologue à la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales Ain Chock Université Hassan II de Casablanca, interroge en profondeur le champ de l'anthropologie dans le contexte maghrébin en mettant l’accent sur les présupposés théoriques des travaux réalisés en la matière. Son argumentation s’articule autour des notions de dispositions théoriques, de dispositions culturelles et de rencontres anthropologiques.

En sciences sociales, et en anthropologie en particulier, les chercheurs utilisent des théories et des concepts pour caractériser des peuples (industrieux, pragmatique, laborieux, négociateur, etc.), leurs cultures (dionysiaque, apollinienne, modérée, excessive, etc.), leurs religions (fanatique, quiétiste, etc.). Ce type de caractérisation et de généralisation assez fréquent mérite d’être interrogé en explicitant et en critiquant ses présupposés théoriques, et dépassé en proposant un mode alternatif de généralisation qui ne met pas tout un peuple, tous les adeptes d’une religion, dans une même catégorie.

La conférence de Pr. Hassan Rachik a été programmée dans le cadre du cycle de conférences « Espaces et territoires au Maghreb » organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 15 janvier 2019 au CEMA, Oran. Pr. Abdelkader Lakjaa, Sociologue à l'Université d'Oran 2 a modéré le débat.

Nous remercions Dr. Tamara Turner, Ethnomusicologue et chercheur au Max Planck Institute for Human DevelopmentCentre for History of Emotions, pour son interprétation de Sidna Ali du répertoire du Diwan.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Les enjeux politiques du 11 décembre 1960

Les enjeux politiques du 11 décembre 1960

January 17, 2019

Episode 56: Les enjeux politiques du 11 décembre 1960

 

Dans ce Podcast, Dr. Amar Mohand Amer, historien et maître de recherche au Centre de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC), présente une conférence sur les enjeux politiques du 11 décembre 1960. 

Ce moment historique n'est pas une simple manifestation historique, il est le marqueur d'un basculement majeur dans la Guerre de libération nationale. Il engage le FLN dans une nouvelle dynamique ou le peuple et la ville redeviennent des ferments de sa stratégie politiques et diplomatique. 

Le 11 décembre 1960 est également la fin du mythe de la "Troisième force" et l'échec de la politique gaullienne sur le plan militaire, psychologique et économique.

La conférence de Dr. Amar Mohand Amer a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Histoire du Maghreb, histoire du Maghreb » organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 12 décembre 2018 au CEMA, Oran. Dr. Saddek Benkada, Historien, Maître de recherche au CRASC et membre du Conseil Scientifique du CEMA  a modéré le débat.

Nous remercions infiniment Mohammed Boukhoudmi d'avoir interprété un morceau musical de Elli Mektoub Mektoub, pour les besoins de ce podcast. 

Montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

The Mad-For-Maghreb Generation : The Maghreb In the Pan-African Cultural Project

The Mad-For-Maghreb Generation : The Maghreb In the Pan-African Cultural Project

December 5, 2018

Episode 55: The Mad-For-Maghreb Generation :

The Maghreb In the Pan-African Cultural Project

 

Paraska Tolan Szkilnik is a PhD candidate at the University of Pennsylvania. She obtained her BA from Brandeis University in 2011 and an MA from the EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) in 2014, working on the relationship between Senegal and Tunisia in the 1960s and 70s. Her doctoral work is concerned with the history of cultural Pan-Africanism in the Maghreb in the decades following independence. Moving away from the strictly political approach of much of the literature on Pan-Africanism, her dissertation reconsiders the history of Pan-Africanism in the postcolonial period by centering on three Maghrebi cultural spaces of encounter between Black and non-Black African and Diaspora artists in the late 1960s and early 1970s: the Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), the Moroccan literary journal Soufflesand the Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF).

Beginning in Morocco, this podcast follows the adventures of a group of Luso-African poets and militants (chief amongst them Mario de Andrade, Marcelino dos Santos and Aquino Bragança) from Paris to Rabat. Starting in the late 1950s, these young militants used Rabat as a home-base for anti-colonial activism in the Portuguese colonies. The Moroccan government provided them with passports, headquarters, press coverage, and weapons. Morocco also served as a liberated space, on the African continent, to imagine what one could be in the wake of empire. In Rabat, these militant-poets met young Moroccan writers who were haunted by similar concerns over their role in the postcolonial world, amongst them poet Abdellatif Laabi founder of the Moroccan literary journal Souffles. Over the course of its seven years of publication, 1966-1973, Souffles took off from a marginal Moroccan literary journal to a paper caucus through which writers from across the African diaspora called for an African cultural revolution. On the pages of this shabby 30-something page journal, Laabi welcomed contributions from Haitian poet René Depestre, Moroccan novelist Tahar Ben Jelloun, Angolan insurgent Mario de Andrade, and Cape Verdean militant Amilcar Cabral. Working in tandem with these writers, the journal provided a platform to discuss the great issues of the decade: decolonization, Marxism-Leninism, civil rights in the United States, and of course Portuguese colonialism.

This episode is part of the Arts and Letters in the Maghrib series and was recorded on November 8th, 2018 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia.

The music in the introduction and conclusion of this podcast was performed by street artists on Avenue Bouguiba, Tunis, Tunisia.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

GPRA, un mandat historique (1958-1962)

GPRA, un mandat historique (1958-1962)

November 7, 2018

Episode 54: GPRA, un mandat historique (1958-1962)

Dans ce Podcast, Pr. Abdelmadjid Merdaci, sociologue et historien à l'Université de Constantine 2, présente son dernier ouvrage : GPRA, un mandat historique, 19 septembre 1958 - 3 août 1962 (Les Éditions du Champ Libre, 2018). Cet ouvrage s'attache à éclairer les conditions de formation du GPRA et en quoi la constitution du GPRA procédait-elle d'une solution de continuité dans la conduite de la guerre par le FLN-ALN et de quelle manière introduisait-elle une rupture historique significative ? Cela impose l'examen attentif des successives séquences ayant marqué la direction du FLN-ALN, de rapporter les choix des hommes et des objectifs à l'évolution du conflit tant au plan militaire que politique et diplomatique.

La conférence de Pr Abdelmadjid Merdaci a été programmée dans le cadre du cycle des conférences « Histoire du Maghreb, histoire du Maghreb » co-organisé par Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le Centre de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC).  Elle a eu lieu le 4 novembre 2018 au CEMA, Oran. Dr. Amar Mohand Amer, Maître de recherche au CRASC, a modéré le débat.

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

The History of Pan-Africanism in the Postcolonial Period: The Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF)

The History of Pan-Africanism in the Postcolonial Period: The Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF)

October 31, 2018

Episode 53: The History of Pan-Africanism in the Postcolonial Period:

The Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF)

Paraska Tolan Szkilnik is a PhD candidate at the University of Pennsylvania. She obtained her BA from Brandeis University in 2011 and an MA from the EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) in 2014, working on the relationship between Senegal and Tunisia in the 1960s and 70s. Her doctoral work is concerned with the history of cultural Pan-Africanism in the Maghreb in the decades following independence. Moving away from the strictly political approach of much of the literature on Pan-Africanism, her dissertation reconsiders the history of Pan-Africanism in the postcolonial period by centering on three Maghrebi cultural spaces of encounter between Black and non-Black African and Diaspora artists in the late 1960s and early 1970s: the Journées Cinématographiques de Carthage(JCC), the Moroccan literary journal Souffles, and the Pan-African Festival of Algiers of 1969 (PANAF).

In this podcast, Paraska Tolan Szkilnik gives us a sample of the fourth chapter in her dissertation, a chapter focusing on what she calls the Alt-PANAF, the group of radicals who participated in giving the festival its Pan-African character from the margins. These young actors, revolutionaries and writers did not meet on the rue Didouche Mourad or in the Palais des Nations. Instead they gathered in Algerian poet Jean Sénac’s stuffy basement apartment where they received Moroccan poets and editors of the revolutionary poetry journal Souffles, Haitian poet René Depestre, leader of the MPLA Mario Pinto de Andrade, and many more. Raised to the beat of Fanon’s The Wretched of the Earth,they were not enticed by the nationalistic promises of the ruling elite. Through personal interviews, critical reading of these writers’ fiction, and the material she have gathered in Jean Sénac’s archives in Algiers, she showcases the encounters that, though they did not occur in the spotlight, were just as crucial in building a community of radical artists committed to the project of African cultural unity. In this piece she tells the story of a handful of radicals from across the world who were looking to build a Pan-African network that ran deeper than the ceremonious speeches their presidents and state-sponsored artists so often delivered.

This episode is part of the Arts and Letters in the Maghrib series and was recorded on June 4th, 2018 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia.

The music in the introduction and conclusion of this podcast was performed by street artists on Avenue Bouguiba, Tunis, Tunisia.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).