Maghrib in Past & Present | Podcasts

L’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin

April 22, 2020

Episode 91: L’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin

 

L'anthropologie linguistique se donne pour objectif d’examiner, dans une perspective comparative, comment la langue façonne la vie sociale, la culture, l'identité et l'appartenance à un groupe social, et comment elle met en place des idéologies et des croyances culturelles dans la vie sociale. Langues, cultures et sociétés sont inextricablement liées. Les interroger suppose une approche interdisciplinaire mêlant anthropologie, linguistique, histoire, ethnographie, ethnologie, géographie sociale, sémiotique, analyse du discours et bien d’autres disciplines.

Se démarquant du structuralisme des années 1950-1960, l’anthropologie linguistique, l’ethnographie de la communication et plus tard l’ethnolinguistique et l’analyse du discours s’affirment comme courants émergents appréhendant la langue comme une pratique sociale. L’appareillage conceptuel de cette nouvelle approche du fait langagier s’articulant autour des travaux de Goffman, Hymes, Gumperz, Duranti, Clame-Griaule, Searle, Pêcheux, Austin, Malinowski et bien autres, a permis d’interroger autrement les rapports entre langues et sociétés. 

L’approche anthropologique, surtout pour le cas du Maghreb, est porteuse de perspectives scientifiques prometteuses à plus d’un titre, invitant à reconsidérer les pratiques de recherche aussi bien théoriques qu’empiriques. 

 

Pratiques discursives, humour et créativité dans les espaces numériques: Cas des tweets algériens  

kheira_Yahiaoui_Size.png

présenté par Dr. Kheira Yahiaoui, Maître de conférences à l’École Normale Supérieure d’Oran.

La présente contribution constitue une recherche linguistique portant sur les discours du réseau Twitter. A travers l’étude du hashtag, lieu de participation discursive, nous nous intéressons aux pratiques des twitteurs algériens. L’objectif est d’analyser d’une part, les pratiques langagières des internautes sur Twitter ; et voir d’autre part si ces pratiques dépendent de la nature, de la thématique et de la fonction du hashtag. L’analyse essaiera de répondre aux questions suivantes : Quel (s) genre (s) de pratiques discursives peuvent accompagner un hashtag ? La thématique du hashtag a-t-elle un impact sur la nature de ces pratiques ?  Quelle fonction occupe le hashtag dans la pratique discursive sur Twitter ?

Notre recherche, de type qualitatif, interroge les pratiques langagières où nous nous intéressons plus particulièrement à l’analyse des stratégies discursives mises en place par l’auteur afin de se conformer à la thématique du hashtag, mais aussi à la définition de la fonction du hashtag à travers l’analyse des messages qui y sont associés. 

l'intervention de Dr Kheira Yahiaoui débute à partir de 15:55.

 

Le conte populaire Amazigh en Tunisie. 

Cas d’étude : le conte des sept filles et de l’ogresse

Mansour_Ghaki-size.png

Présenté par Pr. Mansour Ghaki, Directeur de recherche à l’Institut National de Patrimoine en Tunisie.

Stumme, linguiste allemand a publié en 1900 à Leipzig 24 contes de Tamazret (sud -est de la Tunisie), parmi lesquels : le conte des 7 filles et de l'ogresse.C’est l’histoire d'un veuf, père de 7 filles, remarié et obligé par sa nouvelle femme à abandonner ses filles. La plus jeune se retrouve esclave chez une ogresse et son mari l'ogre.

l'intervention de Pr. Mansour Ghaki débute à partir de 36:22.

 

Rapport fragmenté de l’Homme à son espace. Etude sociolinguistique des lieux dits/vécus et perçus. Cas de la Casbah d’Alger.

Reda_Se_bih-size.png

Présenté par Dr. Réda Sebih, Maître de conférences à l’Université de Bouira.

Ma contribution à cette journée d’étude consacrée à « L’anthropologie linguistique de l’Afrique du nord » tentera de mettre l’accent sur le rapport des citadins à leur espace tel qu’il se dégage sous les outils d’étude de la sociolinguistique urbaine. 

Ce qui a animé ma motivation est un discours qu’on pourrait qualifier de « dédoublé » tenu par les Casbadjis et qui semble être contradictoire. Ce discours fait partie d’un corpus récolté lors des enquêtes de terrain que j’ai menées à la Casbah d’Alger, il s’avère que son contenu est particulièrement intéressant car il véhicule un rapport à l’espace qui est en lui-même pluriel : il reflète un vécu complexe. Ainsi, une analyse de ce discours pourrait révéler la nature de ce rapport « multiple » et les « mises en mots » qui le caractérisent.

En vue de concrétiser cette recherche, ma démarche sera pluridisciplinaire (je ferai appel à la géographie et la psychologie sociales) à l’image de mon enquête de terrain qui est basée sur plusieurs techniques (le questionnaire, les entretiens, le parcours commenté et le récit de vie sur carte géographique). 

l'intervention de Dr. Réda Sebih débute à partir de 01:01:55.

 

Les graffiti artistiques à Tizi-Ouzou : émergence d’un espace discursif

Nacer_Si_Hamdi_Size.png

Présenté par Mr. Nacer Si Hamdi, Maître Assistant à l’Université d’Alger 2.

D’usage limité dans les pratiques linguistiques quotidiennes, l’alphabet tifinagh refait surface ces dernières années dans les espaces urbains de la ville de Tizi-Ouzou. Le tifinagh s’affiche donc sur les différents supports urbains et devient une marque et une particularité du graffiti artistique local. Une expression moderne et mobilisant essentiellement des jeunes appartenant à une culture urbaine universelle, répartis en microgroupes, se manifeste alors dans un système graphique ancien, voire antique. 

Quelles sont les raisons et les contextes de cette référence aux caractères tifinagh ? Leur usage dans le graffiti artistique répond-il à des normes ou conventions ? Quelles sont les fonctions attribuées aux caractères tifinagh au niveau local ? Telles sont les questions auxquelles tentera de répondre notre communication.

l'intervention de Mr. Nacer Si Hamdi débute à partir de 01:19:04.

 

La BD muette algérienne : une autre façon de s'exprimer

Saad_Eddine_Fatmi-size.png

Présenté par Pr. Saad Eddine Fatmi de l’École Normale Supérieure d’Oran

D’une manière générale, la bande dessinée est un savant équilibre entre le texte et l’image. Parfois, le texte peut disparaitre laissant la part belle au dessin qui s’accapare de sa mission de communication en priorité. Notre objectif est d’aborder ce phénomène dans la BD algérienne des quarante dernières années. Nous nous interrogerons sur la place occupée par une BD dite muette.

Pour Groensteen, il n’existe aucun doute sur l’ancienneté de la B.D. muette : « La bande dessinée sans texte, entièrement silencieuse, existe depuis le XIXe siècle et connaît même une vogue particulière depuis quelques années. » Quant à Pomier, certaines formes de la B.D. peuvent se passer du texte à l’exemple du : « …strip, forme brève et qui permet donc d’être allusif… »

Les strips qui paraissaient dans les différents journaux algériens ne répondaient guère à cette vision puisque les textes ont, encore une fois, une présence accrue à l’intérieur des cases et où la lecture se fait obligatoirement de la première case jusqu’à la dernière. Des extraits seront présentés et analysés pour évaluer la portée graphique et aussi idéologique d’une BD alliant texte et image sans réelles instauration de codes réguliers. 

l'intervention de Pr. Saad Eddine Fatmi débute à partir de 01:34:56.

 

Les pratiques langagières à l’épreuve des mobilités sociales

Karim_Ouaras_Size.pngPrésenté par Dr. Karim Ouaras, Maître de conférences à l’Université d’Oran 2, chercheur associé au CRASC et Directeur adjoint du CEMA.

Ma communication s’insère dans un vaste projet de recherche qui se propose d’interroger le fonctionnement des langues vernaculaires dans le contexte urbain en prenant en compte leurs dimensions synchroniques et diachroniques. L’accent est mis sur le cas de la langue kabyle dans la ville d’Oran et son évolution à travers l’espace et le temps sans avoir la prétention de le faire dans une perspective globalisante. L’intérêt est donc porté sur le cas précis du parler des Kabyles des Ath Abbès, localité située su Sud de la vallée de la Soummam, Béjaïa, installés à Oran à partir de la fin du 19ème siècle. Ce parler régional sera traité dans sa dimension historique ancienne et dans ses ramifications actuelles. 

La migration des Ath Abbassiens intervient irréversiblement après l’insurrection d’El Mokrani en 1871, mais les populations de cette région d’Algérie étaient bel et bien préparées à ce grand départ, vu la famine qui prévalait dans cette contrée et l’intransigeance de l’administration coloniale au sujet de l’impôt de guerre. À cela s’ajoute le Décret Crémieux qui signa la volonté délibérée de la France coloniale de maintenir les Algériens dans un statut d’indigénat. Pour fuir cette atmosphère invivable et échapper à la déportation, les populations ne voyaient de salut que dans la migration qui les mènera indifféremment vers l’est et l’ouest du pays et vers les pays voisins et/ou les pays européens. Cette migration a pour corollaire une mobilité linguistique. Les deux ont généré des situations ethno-sociolinguistiques complexes par leurs composantes, leurs trajectoires et les enjeux actuels d’urbanisation et d’homogénéisation qui les guettent. 

Les objectifs de cette recherche consistent à retracer l’évolution du parler d’Ath Abbès à Oran, évaluer ses usages actuels et analyser les représentations sociolinguistiques des Ath Abbassiens. 

l'intervention de Dr. Karim Ouaras débute à partir de 01:49:46.

 

Ce podcast a été enregistré à l’occasion de la journée d’études « l’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin », qui a eu lieu le 5 mars 2019 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA)  Cette journée a été organisée par l’équipe de recherche Pratiques langagières et religieuses au Maghreb, dirigée par Dr. Karim Ouaras  Maître de conférences à l’Université d’Oran 2 et Directeur adjoint du CEMA, dans le cadre d’un programme de recherche en Sciences sociales soutenu par le CAORC et Carnegie Corporation of New York et réalisé par le CEMA et le CEMAT.

Cet episode s'inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Langues et sociétés au Maghreb ».

Pour consulter les diaporamas associés à ce podcast, veuillez visiter notre site web: www.themaghribpodcast.com 

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón, étudiant en master à l'EHESS, pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Play this podcast on Podbean App